FLUX, TANTRISME

Ne te concentre pas sur toi-même sans respirer, ô yogin […] jouis du Spontané et abandonne [ces] liens qui ont relent de devenir! Dohakosa de Saraha, sq. 44 & 53, cité et traduit par André Padoux, Aux sources du Bouddhisme, Fayard

Tout circule, bouge, se déplace, entre en vibration. Planètes, étoiles, rivières, sève des arbres, molécules, électrons, cellules et fluides des corps organiques, sang, émotions, ondes sonores dans l’air… sont en flux perpétuel. Des énergies s’échangent déjà à travers le simple contact visuel, tactile, sonore, senti… Nous pouvons déceler une intuition et même une conscience profonde de ces mouvements infimes. Mais parfois les choses paraissent bloquées ou tendues. Notre respiration est la clé empirique pour capter ces micro-déplacements, être à l’écoute de ses propres sensations et celles des autres. Respirer consciemment c’est observer la diffusion de l’oxygène dans le corps et l’allongement de l’inspiration, la rétention pleine d’air, l’expiration, la rétention à vide, non pas en bloquant chaque phase mais plutôt en visualisant l’ensemble comme un flux sinusoïdal. Ce premier accès au mouvement invisible, ainsi que la méditation de pleine conscience nous aident à goûter l’activité incessante du corps intérieur et intégrer l’impermanence de toute chose. Tout passe. Et nous pouvons donc être en empathie, en contradiction ou en jeu avec ces flux devenant des stimuli. Espace et temps sont nos partenaires de jeu dans l’espace scénique quel qu’il soit, mais également dans un rapport plus rapproché avec l’autre. 

C’est pourquoi après une longue pratique de la danse et de la création contemporaine en différents styles, et par la pratique régulière de la danse contact, de l’improvisation, du yoga, et de la méditation Vipassana, j’ai souhaité développer le massage tantrique (Tantra en sanskrit : तन्त्र signifie littéralement « métier à tisser, chaîne, tissage » puis « méthode »). C’est un chemin d’ouverture spirituelle grâce à l’énergie sexuelle au sens large, en attention totale avec les mouvements intérieurs de la personne et considérant l’éventail infini entre le plaisir et la douleur acceptable qui sont des stimuli pour faire circuler les sensations, les émotions, les réactions physiques ou mentales. Il n’y a aucune pénétration, sauf en accord avec le partenaire pour le massage de la prostate. Respirer ensemble, lâcher le mental, prendre le temps, que l’on a souvent tendance à accélérer, être à l’écoute des sensations du/de la partenaire qui reçoit le massage ainsi que de ses propres ressentis, considérer l’ensemble du corps comme de multiples sources pour la détente musculaire et mentale, et intégrer tout le savoir-faire du danseur qui connaît le corps en mouvement de l’autre par l’expérience de son propre corps. Enfin faire circuler cette énergie sexuelle pour l’irriguer à travers les 7 chakras depuis le périnée jusqu’au cerveau et décupler toutes les zones érogènes.

Allongé sans habits sur une surface plane confortable mais ferme, dans une atmosphère chaleureuse, le patient est massé avec de l’huile d’arnica  sur l’ensemble du corps, des pieds jusqu’au sommet du crâne pour la circulation de l’énergie, très en contact des peaux, à l’écoute des sensations, des chaînes musculaires et des fascias, de la respiration ample et de chaque nuance renvoyée par les zones sensibles. Le massage dure au minimum 1h30.

Plus d’informations par mail: wanders647(at)gmail.com ou téléphone: + 33 6 73 76 70 88