# BIO

Danseur contemporain et chorégraphe, Gilles Viandier (France, 1974) obtient d’abord un diplôme d’architecte DPLG questionnant la reconversion urbaine et artistique de multiples friches industrielles en Europe et particulièrement la plaine de Baux à Rennes en Bretagne. Il s’est formé aux CCN (Centre Chorégraphique National) de Rennes (Catherine Diverrès) et Montpellier (Mathilde Monnier) puis a dansé à Montpellier dans les compagnies de Jackie Taffanel, Didier Théron, Michèle Murray, Hélène Cathala, Patrice Barthès; à Marseille avec Georges Appaix, Michaël Cros, Christophe Haleb; à Paris avec Emmanuelle Vo-Dinh, Christian et François Ben Aïm, Philippe Ménard; en Suisse avec Philippe Saire, Perrine Valli, Nicole Seiler et dans plusieurs collaborations en Europe dont Tilburg/Pays-Bas (Fred Momotenko/Hans Tuerlings), Copenhague (Pipaluk), et la Transcarpatie ukrainienne (Waldemar Kretchkowsky). Il rejoint également depuis 2019 le collectif butô Anima Fact dirigé par Stéphane Cheynis.

Il a vécu 5 ans à Berlin où il collabore avec Willi Dorner, Christoph Winkler, Abraham Hurtado, Kathleen Reynolds, Jeremy Wade, Ami Garmon, William Forsythe pour sa performance Human Writes au festival Tanz im August 2010, et lors du projet The Village initié par Peter Stamer avec 27 chorégraphes berlinois. Il a vécu 4 ans à Cadix en Espagne et a créé la dernière partie du triptyque flamenco de Juan Carlos Lérida au Mercat de les flors à Barcelone.

Egalement musicien amateur (chant lyrique, piano, clarinette et trompette) il a participé à de nombreux projets de choeurs, d’opéras, de mise en scène et d’improvisation, dont l’Orgue de Bois monumental de Denis Tricot avec l’éléctro-acousticien Eric Cordier. S’intéressant aux écritures oulipiennes, plastiques et scéniques, il obtient une Maîtrise d’études théâtrales en 2003 à Montpellier, conçoit des scénographies et dessine quelques jardins. Il pratique le yoga, la méditation, le massage tantrique et enseigne la Danse Contact Improvisation. En 2018 il participe comme chorégraphe avec le compositeur  Alberto Carretero au programme Prototype V de la Fondation Royaumont. Il est maintenant artiste associé au Labo Novo, Station internationale d’Art Performance à Reillanne/Provence.

Depuis 2006, il développe le projet générique évolutif #Number# qui interroge la perception urbaine, l’engagement du corps, la représentation, la mémoire des lieux, et réalise des dispositifs performatifs in situ basés sur l’appréhension des espaces publics, leur détournement et le rôle du spectateur dans de nombreuses variations et résidences en Europe (Budapest, Cluj-Napoca, Blanca/Espagne). Il a créé l’installation performative avec l’artefact textile Street Pantone lors de la Quadriennale de Prague 2015, et au festival Antigel à Genève puis lors de présentations dans des galeries et festival variés.

Depuis 2018 la structure de production Promenade d’artiste qui soutient les créations de Denis Tricot accompagne également ses propres projets. En 2020, il est chargé d’étudier, concevoir et construire la nouvelle scénographie urbaine du festival Mimos à Périgueux (F).

http://revistabulevard.ro/2014/03/gill-viandier-aduce-arta-in-spatiul-public-in-pasi-de-dans/